Avantages et inconvenients de l’emailing

emailing : avantages et inconvenientsD’aucun disent (pas moi !) qu’il est temps d’enterrer l’emailing, outil d’un autre age inutile, dépassé, etc… (les adjectifs ne manquent pas).

Or d’après moi et mes récentes lectures, je pense que l’emailing, comme tout le reste de l’écosystème digital subit une profonde mutation (il devient hyper-segmenté) , voire une second jeunesse avec l’avènement du smartphone (explosion des taux d’ouvertures des mails sur mobile). Alors certes, ce n’est pas le 1er outil car il vient loin derrière les dépenses sur le search et le display mais il est un peu tôt pour écrire sa nécrologie :

1) Quelques faits et chiffres pour se remettre les idées en place :

-Forte progression de l’email retargeting
-Émergence de pratiques d’email responsive design  qui vise à délivrer des emails optimisés pour tous les supports
-Auto-régulation plus forte des annonceurs
-68% des internautes ont une adresse email
-Le « Return On Investment » (retour sur investissement) de l’e-mailing est le ROI le plus élevé des investissements en marketing direct (au niveau mondial). Aux États-Unis, des études ont montré que, en moyenne, 1 $ investi équivaut à 45 $ de CA généré !

Alors pourquoi faire de l’emailing ?

-Pour le potentiel de contacts (près de 70millions)
-L’email reste le canal préféré des internautes pour recevoir de l’information
-Une mise en place rapide, des résultats instantanés, le ciblage et la personalisation, etc…
-parce qu’aujourd’hui l’internaute est mature pour recevoir des infos qu’il a demandé (op-in et hyper-segmentation).

Les limites de l’emailing ?

-La diversité des supports
-l’impact sur l’image de marque (8 % des internautes jugent recevoir trop d’e-mails, ils sont saturés et 81 % des messages dans le monde revêtent un caractère de spam)
-Le taux de pénétration est plus faible sur certaines cibles, notamment les séniors.
-Les campagnes ont une très faible durée de vie
-La qualité des bases de données (qualification des contacts et délivrabilité)
-Les envois de masse non qualifiés encore pratiqués par certains professionnels
-La concurrence des réseaux sociaux

Les KPI à surveiller ?

-Le taux d’adresses délivrées, indicateur de la qualité de la base
-Le taux d’ouverture
-Le taux de clic
-Le taux de conversion (le nombre de personne ayant réalisé l’action cible)
-Le tau de désabonnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *