Comment ça : N’achetez pas les backlinks !?

Morceaux choisis du SEO Campus de 2011

netlinking

Netlinking

Du Netlinking au Netliking : la conférence de Jean-Pascal Thys, abordait un point primordial dans le référencement des sites web : les liens entrants, ou autrement dit les backlinks et ici les « netlinking ». Jean-Pascal conseille plutôt d’actionner d’autres leviers pour gagner en popularité et ainsi, générer naturellement les liens entrants plutôt que d’acheter des liens ce qui n’est pas sans dangers

Règle et sanctions de Google

« Il ne faut pas acheter de liens, la règle de Google est claire, optimiser ainsi son référencement peut être pénalisé par Google », prévient Jean-Pascal Thys. Jean-Pascal s’appuye sur l’actualité pour son argumentation .

JC Penney vient en effet de se faire sanctionner, c’est-à-dire déclasser  pour avoir utiliser la méthode d’achats de liens (achats massifs) . Moins d’une semaine après, c’est au tour de Forbesd’être sanctionné

Ce n’est pas la première grande marque à se faire « puni r » par Google pour ces pratiques : dès 2006, la marque automobile BMW avait fait les frais de son usage de pages satellites et de ferme de liens. « L’achat de liens est tentant mais dangereux « 

60% du référencement est directement en lien avec la popularité d’un site

Selon l’expert, la recette pour bien avoir un bon référencement est ainsi faite : Prenez 10% lié à l’outil CMS, ajoutez 30% lié au contenu, et garnissez de 60% pour la popularité. Or stimuler les liens entrants est compliqué et chronophage, cependant la quantité semble avoir moins d’impact que la qualité de ces liens », assure Jean-Pascal Thys.

La fraicheur du lien fait partie les aspects qualitatifs appréciés par Google, tout comme la cohérence entre son origine et ce vers quoi il pointe. En revanche « certaines caractéristiques peuvent aussi faire baisser la valeur du lien entrant : ainsi, s’il est placé dans le contenu, ou dans le header, le lien pèsera plus que s’il est situé dans le footer, sur des colonnes latérales, sur des sites sans valeur ajouté. » explique l’expert en SEO.

Linkbait critique, référant, ou même drôle

Tout réside dans la pertinence du contenu, qui doit être accrocheur afin de mieux générer les précieux backlinks, et ainsi être considéré comme du linkbait selon la définition Matt Cutts. Il peut être ainsi critique, référant, ou même drôle, mais aussi facilement partageable. »

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Sauvegarder le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *