Peaufiner son profil numérique pour décrocher un job

Quand les employeurs recrutent en ligne, bien se vendre sur le Net devient un atout. De la tenue d’un blog à l’animation d’une communauté, les clefs pour être un parfait candidat 2.0.Bâtir sa marque perso sur le WebSi en France la majorité des recrutements est toujours réalisée via les canaux traditionnels, le Web fait cependant évoluer les pratiques. Aujourd’hui, le premier réflexe d’un recruteur est souvent de pratiquer le name googling, c’est-à-dire de taper sur Google le nom d’un candidat.« Que veut-on que l’employeur trouve sur soi ? Des morceaux de sa vie épars, mis en ligne par d’autres, ou bien une image construite, cohérente, qui véhicule ses convictions et ses compétences les plus pointues ? » interroge Didier Pitelet, directeur de l’agence On the Moon, spécialisée en « e-réputation ». De fait, qu’il le veuille ou non, chaque individu laisse sur la Toile une empreinte numérique. « Bâtir son image sur la Toile est stratégique. Chacun doit apprendre à se vendre comme une marque », insiste Fadhila Brahimi, dirigeante du cabinet FB Associés, spécialisé en personal branding.La première étape – avant même de déposer son CV sur les classiques Monster ou Cadremploi, mais aussi sur des sites plus récents, comme DoYouBuzz – consiste à faire le point sur soi. En tant que salarié, sur quoi ai-je une expertise spécifique, une puissance d’action, quels sont mes projets, ma vision du métier, mes défis à relever ? Ces réflexions servent à construire la « ligne éditoriale » de son profil. « Même si cela peut sembler fastidieux et chronophage, documenter avec soin son profil sur Viadeo, DoYouBuzz, ou sa biographie sur Twitter, est essentiel », insiste Stéphane Le Viet, cofondateur de Multiposting.fr, solution de multidiffusion d’annonces d’emploi sur Internet. Diplômes, parcours, compétences, centres d’intérêt professionnels, ouvrages publiés, conférences, blogs et quelques mots synthétiques sur ses passions extraprofessionnelles : tous ces éléments doivent figurer dans votre profil, avec des mots choisis avec soin. Ils sont à actualiser au fil du temps. « Nous recoupons toutes les données pour juger de leur cohérence, voir si la personne est active et véhicule des idées fortes », relève Julien Verspieren, associé fondateur du cabinet de recrutement FedFinance.Il est également recommandé d’utiliser toujours la même photo, tel un logo. Et pourquoi pas un pictogramme ? Voire une baseline autopublicitaire, « c’est-à-dire rédiger une phrase avec quelques mots-clefs qui résument l’essentiel et caractérisent le mieux votre profil », résume Fadhila Brahimi. « Il est en outre conseillé d’ajouter des recommandations, émises par d’anciens employeurs, ce que les recruteurs apprécient », ajoute Stéphane Le Viet.Pour faire la différence« Un blog est un bon moyen de présenter l’ensemble de ses compétences en temps réel », souligne Thomas Parisot, auteur de Réussir son blog professionnel (Eyrolles). En respectant quelques précautions d’usage. Déterminer une ligne éditoriale et s’y tenir. Varier les formes : analyses, interviews, conseils… La régularité (une fois par semaine, au minimum) contribue à fidéliser les internautes. Tout matériel protégé par le droit d’auteur doit être mentionné comme tel et il faut que les citations de tiers soient clairement identifiables. Le blog doit renvoyer sur d’autres sites, via des liens hypertextes sortants. Si possible, le commencer plusieurs mois en amont de la recherche d’emploi et penser à indiquer un contact direct (adresse électronique, téléphone).Établir sa zone d’influence via les réseauxChoisir sur quels réseaux sociaux son profil va figurer est déterminant. « Il convient de réfléchir sur l’écosystème dans lequel on souhaite évoluer et de cultiver les contacts qui en feront partie », conseille Camille Travers, directrice du cabinet de recrutement 2.0 WebTalent.Viadeo est le réseau social professionnel français des cadres et des dirigeants, accessible en six langues. Il affiche environ 25 millions de membres et couvre déjà l’Europe, la Chine et l’Inde.« Avec l’acquisition du réseau social Unyk, au début d’octobre 2009, nous touchons désormais aussi l’Amérique du Sud, le Mexique et l’Amérique du Nord », se réjouit Olivier Fecherolle, directeur général de Viadeo pour la France.

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Sauvegarder le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *